LES CHAMPIGNONS EN LITTÉRATURE

Exide tronquée  (Exidia troncata)

 

Quelle place ces étranges créatures occupent-elles dans la littérature?

 

Dans la littérature scientifique, elles sont bien présentes et occupent une place de plus en plus importante au fur et à mesure des découvertes : les champignons sont d'une incroyable diversité et l'exhaustivité dans ce domaine est impossible à atteindre. "Selon une étude récente, à raison de 1500 espèces nouvelles de champignons décrites chaque année,il faudra attendre encore 4500 ans pour faire le tour de la diversité fongique au niveau mondial..."Guillaume Essartier , Pierre Roux .

Le guide des Champignons .4ème édition"

 

Un ouvrage paru en 2012 au Canada, au Presses Universitaires de Montréal, aborde différents aspects de " l'univers des champignons" sous la direction de Jean Després et par chance aborde la thématique de sa place dans la littérature de langue anglaise essentiellement.

 

Pézize coccinée (Sarcoscypha coccinea)
Pézize coccinée (Sarcoscypha coccinea)

L’UNIVERS DES CHAMPIGNONS.

JEAN DESPRÉS. P.U. de Montréal

 

 

 

Ce livre n'est pas uniquement un ouvrage exclusivement consacré à la mycologie mais s'intéresse à tous les secteurs où le champignon trouve sa place. "Des spécialistes chevronnés se sont rassemblés autour de ce projet pour faire le point dans leurs domaines respectifs : mycologie, phylogénétique, écologie, biodiversité, phytopathologie, toxicologie, comestibilité, santé, alimentation, culture, commercialisation, histoire, ethnomycologie, cuisine et littérature."

 

"Les champignons dans la littérature"

Chapitre 21 .Page 335 - 351

 Élaine Després.

 

« Simple aliment, drogue hallucinogène ou arme meurtrière, les champignons se manifestent de manière ambigüe dans la littérature et jouent différents rôles dans les récits, leur symbolique variant d’un extrême à l’autre, de la vie à la mort. Mais les champignons littéraires sont bien souvent génériques : les noms d’espèces se font rares et, la plupart du temps, vernaculaires. Les approximations sont nombreuses et il ne faut pas chercher dans la fiction et dans la poésie un savoir mycologique précis, mais bien un regard sur la symbolique des champignons, leurs valeurs sociales et les discours mythiques qu’ils portent. »

 

Ce regard sur la fonction symbolique du champignon, et sa place dans l’imaginaire de la société,  Élaine Després l’évoque dans différentes littératures, à des périodes différentes.

       Dans la littérature classique, théâtre et poésie :

 - Shakespeare, dans La Tempête ‘1610-1611). Les champignons fascinent, révèlent l’existence d’êtres surnaturels, invisibles, agissant la nuit, dans l’ombre.

 - Shelley, dans un poème « La sensitive » (1887), le champignon est assimilé à une créature de mort. En voici un extrait.

 

« Les agarics et les champignons, avec leurs piqures et leurs moisissures,

 Jaillirent comme un brouillard de la terre humide et froide.

 Pâles, charnus, comme si la mort agonisante

 S’était sentie animée d’un esprit de fécondité.

 

 Quand Hiver fut parti et que le printemps revint,

 La sensitive n’était plus que débris sans feuilles.

 Mais la Mandragore, les champignons bâtards, les bardanes et les ivraies

 S’élevaient comme les morts de leurs charniers en ruine.

 

- Emily Dickinson, avec un poème sur le champignon « Œuvres complètes. Poème 25. Section Nature »

 « Le champignon, c’est l’elfe des plantes ;

 Le soir, il n’existe pas ;

 Le matin, dans une hutte tachetée,

 Le voici arrêté en un endroit.

 

 C’est le jongleur de la végétation,

 La semence de l’alibi ;

 Il arrive soudain comme une bulle d’eau

 Et comme une bulle s’en va tout à coup. »

 

2. Dans la littérature fantastique et la science-fiction, des XIXème et XXème siècles, Les champignons tiennent une grande place, soit bénéfique (alimentation, médecine), soit maléfique (poison, hallucinogène)

 - Jules Verne. Voyage au centre de la Terre (1864)

 - Lewis Caroll. Alice au Pays des Merveilles (1865)

 -H.G Wells, Brian Adliss, Paddy Chayefsky, des auteurs qui soulignent la force d’altération des champignons sur la conscience de l’homme, permettant aussi d’accéder, par leur pouvoir hallucinogène, à la mémoire des origines, dans des rituels traditionnels.

 

 3. Ils occupent une place de choix dans les romans policiers (instruments privilégiés du meurtrier), mais aussi dans les bandes dessinées : Greg (Achille Talon), Hergé (Tintin), Peyo (Les Schtroumpfs), Franquin et Fournier (Spirou).

 

Trois auteurs de la littérature québécoise introduisent également les champignons dans leurs écrits : Michel Tremblay pour parler du champignon nucléaire, François Gravel appréhende son aspect hallucinogène, Stéphane Crête l’inscrit dans une démarche théâtrale.

 

*****

 

 

 

Schizophylles communes (Schizophyllum)